02 juillet 2018

C'était le Mondial

C'ÉTAIT LE MONDIAL

La Mutualité a fermé ses portes hier, après trois jours intenses avec des brasseurs enthousiastes et un public ravi de ses (re)découvertes.

mondial18.jpg

LE COUP DE CŒUR : L’IRLANDE

Parmi les brasseries irlandaises, venues au Mondial sous l’égide de Bord Bia, Porterhouse a remporté un joli succès, à son stand et en masterclass au Beer Live. Notamment avec leur Oyster stout, une véritable stout dans laquelle le maître brasseur jette des huîtres fraîches.
C’est également chez Porterhouse que nous avons trouvé l’étiquette la plus remarquée du Mondial. Il s’agit de Hazy Border, une New England IPA, une juteuse et houblonnée bière de soif en édition limitée.
Chez leurs proches voisins de stand, Kinnegar, la cohérence graphique de leur gamme nous a obligé à trouver une étiquette ex-aequo.

HAZY-BORDER-ETIQUETTE-1000pixweb.jpg

IRELANDE-PORTERHOUSE_web.jpg

kinnegar-1000.jpg

LES TENDANCES

La sour avait déjà emballé le Mondial 2017, mais elle a clairement pris ses quartiers dans le cerveau des beer geeks (et des brasseurs) cette année (une sour betterave goûtée chez Bring you Beers). Tous les stands avaient une IPA à proposer, voire des doubles IPA ? Les bières fruitées ont aussi fait valoir leurs aromatiques. Et sinon, les lagers, pales et porters étaient bien représentées également. Vu la chaleur (on a frisé les 30-33 °C), elles étaient bienvenues.

bringyoubeers_web.jpg

LE MOMENT

Très clairement, samedi après-midi au Mondial, le public n’attendait qu’une chose : le huitième de finale de la Coupe du monde entre la France et l’Argentine. Écran géant sur la grande scène au -1, écrans multiples au 5e à la Chilling Zone… L’espace de 90 minutes, le Mondial de la bière était en symbiose avec le Mondial de foot. Au -1, ça a chanté (la Marseillaise beaucoup, les chants de stade pas mal), sauté, frappé des mains, fait voler des sous-bocks et quelques gouttes de mousse.

LA MASTERCLASS

Dimanche midi, la scène du Beer Live tenue (et bien tenue) par Édouard Roussez et Charlie Garros, accueillait Thibault Schuermans, fondateur de Bière à table, spécialistes de food pairing. Une masterclasse qu’il a construite avec ce qu’il a découvert dans les travées du Mondial. Son choix s’est arrêté sur quatre accords, trois bières-fromages et un bière-dessert. Avec des fromages irlandais, il a accordé des bières irlandaises. Avec un somptueux Cashel Blue, nous avons goûté l’Oyster stout de Porterhouse après un accord cheddar/Metalman et avant l’accord gingembrette/IPA de Hope Beer.

LE SNACK

Les food corners, par leur diversité, ont régalé les festivaliers. Au +3, gros coup de cœur pour Street Bangkok, les huîtres de la famille Boutrais et le kit apéro des Two Dudes, toute jeune brasserie de Saône-et-Loire. 

LE STAND LE PLUS FUNKY

Au -1, en entrant dans le village des brasseurs, impossible de louper le stand de Brooklyn Brewery, qui proposait une borne de jeu vidéo, la foule à celui de Saveur Bière (normal, Omnipollo, Tempest et Einstök sont des aimants à beer geeks).

LA BIÈRE DE CONCOURS

FWT. Déjà médaillée d’or en 2017, la Citra Pale Ale des Suisses de Whitefrontier a décroché le prix Platine cette année. 

 

WHITEFRONTIER MBIERE-647jpg.jpg

macaron-647jpg.jpg

Partager cette page :

© 2017 Tous droits réservés.  Mentions Légales